Lire ou ne pas lire. Telle est la question. Un roman ? Une nouvelle ? Quelle histoire sera votre prochaine aventure ? Suivez nos auteurs sur le chemin de l’imaginaire... Qui sont-ils ? Quels sont leurs environnements de travail ? Où puisent-ils leur inspiration ? Comment inventent-ils leurs personnages ? Poursuivez votre lecture...

jeudi 29 novembre 2012

Valérie Perreault - auteure



Votre site web : http://valerieperreault.jimdo.com
Vos éditeurs : Boomerang et Andara
Compte facebook : valerie perreault
Twitter : @v_perreault

Où vos romans sont-ils vendus ?
Dans toutes les librairies du Québec

Qui êtes-vous, en quelques lignes ?
Je raffole des mots. J'aime les lire autant que les écrire. Ceux d'enfants m’émeuvent. Les nouveaux m’étonnent. Telle une artiste, je peins avec les mots.  Ma fresque est littéraire.

D’où vous est venue l’envie d’écrire ?
Le désir de créer et de divertir

Quel a été votre parcours ?
J'ai longtemps enseigné au primaire. Un jour, j'ai décidé de laisser libre cours à mon désir d'écrire

Quels sont vos romans disponibles en librairies ?



Lesquels avez-vous préféré écrire et pourquoi ?
J'ai aimé écrire tous mes livres, mais j'ai préféré rédiger le premier tout simplement parce que je répondais enfin à mon besoin de créer.



Où puisez-vous votre inspiration ?
Un mot, une phrase, un geste, une image, une personne. Un rien suffit.

Décrivez-nous votre façon d’écrire, votre environnement de travail, votre horaire.
Je suis très méthodique. Tout d'abord, je laisse libre cours à mon imagination. Je réfléchis à l'histoire que je désire écrire. S'il le faut, je fais un champ lexical. Ensuite, je fais un plan. Enfin, je me mets à l'écriture dans mon bureau à la maison. En période d'écriture, je m'affaire à la tâche du lundi au vendredi de 9h à 17h.

Quels auteurs vous ont le plus influencé ?
La comtesse de Ségur, les auteures des collections Rose et Verte.

Quels livres vous ont le plus marqué ?
Les malheurs de Sophie, Babar apprend l'espagnol, Oui-oui!

Avez-vous encore le temps de lire ?
Toujours et tout le temps.

Quel est le livre que vous lisez en ce moment ?
La comète du monde de Marie Desmeules-Caron

Selon vous, que signifie « écriture poétique » dans un roman ?
Une écriture qui coule comme une rivière.

Auriez-vous envie de nous décrire votre première rencontre avec votre
premier éditeur ?
Au restaurant. Une rencontre très conviviale et intéressante.


Pour le plaisir...

Quels sont vos rituels d'écriture ?
Chaque aventure correspond à un type de musique que j'écoute en boucle. Aussi, je ne peux passer à une autre phrase tant que celle sur laquelle je travaille n'est pas à mon goût.

Qu’est-ce qui vous distrait le plus lorsque vous écrivez ?
Le bruit de l'échangeur d'air de la maison.

Avez-vous un projet de roman en cours ?
Une nouvelle série qui fait appel à mes compétences en origami.

Qui sont vos premiers lecteurs avant publication ?
Mon correcteur qui est aussi mon papa, mes enfants et mon conjoint.

Quel serait votre mot d’encouragement pour un nouvel auteur ?
Le même que je dis aux enfants que je rencontre : ne laisse personne te dire que tu es incapable de réaliser ton rêve. Il suffit de travailler fort, fort, fort et ne pas se décourager.


Merci beaucoup !

Corinne De Vailly - auteure


Votre site web : www.corinnedevailly.fr.gd
Vos éditeurs : Hurtubise, Goélette, De Mortagne, Les Intouchables, Trécarré
Compte facebook : http://www.facebook.com/MelusinePhilemon et https://www.facebook.com/CorinneDeVailly.Auteure
Twitter : pas de compte
Où vos romans sont-ils vendus : Dans toutes les librairies (enfin, je l'espère!)


Qui êtes-vous, en quelques lignes ?
Je suis auteure jeunesse depuis 1993. Dans une autre vie, je fus journaliste dans la presse écrite et à TQS (Le Petit Journal, pour ceux qui s'en souviennent). J'ai aussi écrit des chansons pour enfants, des textes de comédies musicales pour enfants.

D’où vous est venue l’envie d’écrire ?
J'ai eu cette envie dès l'âge de 8 ans. Dans la bibliothèque de mon école, il n'y avait pas grand-chose à se mettre sous la dent. Avec une amie, nous avons décidé de les écrire nous-mêmes!

Quels sont vos romans disponibles en librairies ?
J'en ai 39 en littérature jeunesse… En jetant un oeil sur ma bibliographie (sur mon site), vous trouverez tous mes titres!




Lesquels avez-vous préféré écrire et pourquoi ?
Je les aime tous! Mais évidemment ceux que je suis en train d'écrire me sont chers.

Où puisez-vous votre inspiration ?
Partout. Un article dans un journal, une nouvelle au téléjournal, un documentaire, une personne qui dit quelque chose… mais j'ai une prédilection pour les légendes et les faits historiques.

Décrivez-nous votre façon d’écrire, votre environnement de travail, votre horaire.
J'essaie d'écrire chaque jour. Le plus d'heures possible par jour, 7 jours sur 7 quand je suis vraiment bien partie.



Quels auteurs vous ont le plus influencé ?
Alexandre Dumas, certainement. Tous les livres d'aventures et de capes et d'épées.

Quels livres vous ont le plus marqué ?
Les Trois Mousquetaires (j'ai lu la saga au moins une bonne douzaine de fois). Le Bossu de Paul Féva.

Avez-vous encore le temps de lire ?
Tous les jours.

Quel est le livre que vous lisez en ce moment ?
Plusieurs ;-) Les Mystères de Paris d'Eugène Sue, mais entre deux chapitres, j'ai terminé Je me souviens de Martin Michaud et je commence Qu'est-ce que tu fais là tout seul? de Pierre Szalowski

Selon vous, que signifie « écriture poétique » dans un roman ?
Rien.

Auriez-vous envie de nous décrire votre première rencontre avec votre premier éditeur ?
Ce fut très formateur. Il était l'éditeur-propriétaire des éditions du Raton-Laveur. Il m'a montré comment m'adresser aux enfants.


Pour le plaisir...

Quels sont vos rituels d'écriture ?
La musique à fond la caisse… (de la musique francophone.) Mon petit chien grimpé autour de mon cou.

Qu’est-ce qui vous distrait le plus lorsque vous écrivez ?
Facebook. Les courriels.

Avez-vous un projet de roman en cours ?
Je suis en train d'écrire Mélusine et Philémon tome 4… et je prends des notes pour mes prochains projets.

Qui sont vos premiers lecteurs avant publication ?
Ma soeur. Ma mère pour certaines histoires. Sinon, directement mon éditeur.

Une citation qui vous a marquée ?
On ne va jamais aussi loin que lorsqu'on ne sait pas où l'on va (attribuée à Christophe Colomb, mais aussi à Oliver Cromwell)

Avez-vous reçu des remarques surprenantes de la part de lecteurs ?
«Avant de lire ta série (Celtina), je n'aimais pas lire! Maintenant, je lis plein de livres!» WOW!!!

Quel serait votre mot d’encouragement pour un nouvel auteur ?
Patience, travail. Hâtez-vous lentement, et sans perdre courage, vingt fois sur le métier remettez votre ouvrage, polissez-le sans cesse et le repolissez, ajoutez quelquefois et souvent, effacez (Nicolas Boileau).



Merci beaucoup !



Étienne Poirier - auteur


Votre site web : etiennepoirier.blogspot.ca
Vos éditeurs : Soleil de minuit
Compte facebook :
Twitter : @poirier_etp
Où vos romans sont-ils vendus : Dans les librairies et en ligne

Qui êtes-vous, en quelques lignes ?
Je suis le père de deux garçons, qui sont âgés de 7 et 9 ans. J'ai été enseignant pendant 10 ans dans une école de bande, celle de Manawan. C'est de cette expérience que j'ai tiré mes 3 premiers livres, qui s'adressent à un public d'enfants et d'adolescents.

D’où vous est venue l’envie d’écrire ?
J'ai toujours été conteur. Enfant, j'inventais des histoires sur ma propre vie et je les contais avec tant d'assurance que même mes enseignant se laissaient prendre au jeu. J'aime donner ma version de la vie et des faits qui m'entourent. Ç'a toujours été comme ça pour moi. Le besoin d'écrire (parce que pour moi, c'est un besoin plus qu'une envie) s'est manifesté au cégep. Il ne m'a jamais quitté depuis.

Quel a été votre parcours ?
J'ai lu beaucoup et il y a des livres qui ont littéralement changé ma vie et ma manière de voir les choses. C'est pourquoi j'ai étudié en Lettres au cégep et en Études littéraires jusqu'à la maîtrise. J'ai bien essayé de faire autre chose, mais sans grand succès.

Quels sont vos romans disponibles en librairies ?

  • La clé de la nuit (sélectionné par Communication-Jeunesse en 2008), 
  • L'envol du pygargue (finaliste au prix Québec/Wallonie-Bruxelles de littérature pour la jeunesse en 2011). 
  • Il y a également un conte illustré qui est paru cet automne sous le titre La malédiction de carcajou. Il s'ait de la réécriture d'une très vieille légende amérindienne que j'ai voulu transmettre. Un conte qui fait beaucoup réfléchir.




Lesquels avez-vous préféré écrire et pourquoi ?
L'envol du pygargue. Parce que derrière cette histoire se cache la mienne. J'ai écrit ce livre dans une période intense de transition dans ma vie et je me suis amusé avec ça. Il s'agit d'une histoire où tous les personnages sont en transformation, comme moi à l'époque. Il s'agit de l'histoire touchante de deux adolescents en crise qui cherchent leurs repères. C'est universel, ça. Mais j'ai campé l'histoire dans la réserve de Manawan et dans l'univers actuel des Amérindiens qui y vivent. Ça donne un livre dépaysant, mais où chacun peut se retrouver. Un bon livre en somme.

Où puisez-vous votre inspiration ?
C'est avec mes émotions que j'écris. Quand je vis une émotion, j'essaie de la traduire en histoire, c'est pour moi la manière la plus facile de m'exprimer. Je cherche le meilleur personnage pour la mettre en scène et le meilleur contexte. Je parle toujours de moi, mais je m'amuse à porter différents masques pour déjouer le lecteur. Comme ma vie n'a rien d'extraordinaire, je ne parle pas de mon quotidien. Je le déguise plutôt. Et bien malin celui ou celle qui saurait le retrouver sous les épaisseurs de maquillage!

Décrivez-nous votre façon d’écrire, votre environnement de travail, votre horaire.
J'écris le plus souvent le matin, dans mon bureau. Mais l'histoire m'habite tout le jour et, parfois, je m'arrête pour prendre des notes que je transcris quand le temps me le permet.

Quels auteurs vous ont le plus influencé ?
Il y en a une tonne! Des auteurs, mais des livres aussi. Mais, pour faire simple, disons que je voue presque un culte à Gabriel Garcia Marquez et à Hans Chrsitian Andersen, qui sont des génies à mon avis.

Quels livres vous ont le plus marqué ?
Encore une fois, la liste est longue. J'aurais envie de répondre L'amour au temps du choléra, de Garcia Marquez, justement. Mais la liste pourrait s'étirer sur des pages.

Avez-vous encore le temps de lire ?
Pour écrire, il faut lire. On est toujours en dialogue avec la littérature.

Quel est le livre que vous lisez en ce moment ?
Griffintown. Un petit bijou. Une idée de génie.

Selon vous, que signifie « écriture poétique » dans un roman ?
Il y a toujours une poésie dans l'écriture narrative, puisqu'elle consiste à produire des effets, des images. Certaines écriture sont plus chantantes, se servent davantage des éléments du décor alors que d'autres sont plus épurées, mais toutes sont poétiques, pour les raisons énumérées plus haut. Pour moi, tout ce qui sert l'effet ou l'image relève de la poésie.



Pour le plaisir...

Quels sont vos rituels d'écriture ?
Café, marche et routine. Écrire est un métier, alors j'entre dans mon bureau comme on entre.. au bureau!

Qu’est-ce qui vous distrait le plus lorsque vous écrivez ?
Internet.

Avez-vous un projet de roman en cours ?
Toujours. Il y en a un chez l'éditeur, un autre roman jeunesse, et je travaille sur mon premier projet véritablement pour adultes.

Qui sont vos premiers lecteurs avant publication ?
Mon amoureuse. elle a toujours une lecture différente de la mienne. C'est très enrichissant. J'arrête d'écrire quand elle est d'accord avec moi sur la qualité du texte, même et surtout si nous avons des raisons différentes de le trouver bon.


Avez-vous reçu des remarques surprenantes de la part de lecteurs ?
Des remarques touchantes, oui. Des surprenantes? Pas encore.

Quel serait votre mot d’encouragement pour un nouvel auteur ?
Lâche pas la patate! Plus sérieusement, la devise des parnassiens: "cent fois sur le métier remettez votre ouvrage".

Merci beaucoup !

Hélène Rompré - auteure


Votre site web : helenerompre.com
Vos éditeurs : Éditions Pierre-Tisseyre, Éditions du Phoenix

Où vos romans sont-ils vendus : en librairie et sur Internet

Qui êtes-vous, en quelques lignes ?
Une grande curieuse qui manque de temps pour tout savoir, tout lire et tout écrire ce qui lui passe par la tête.

D’où vous est venue l’envie d’écrire ?
Je faisais semblant d'écrire des livres avant même d'apprendre à écrire. Dès quatre ou cinq ans, je barbouillais des feuilles que mes parents brochaient ensemble. J'ai toujours su que je voulais écrire et dès lors cherché une profession qui me permettrait de le faire le plus librement possible malgré les contraintes professionnelles.

Quel a été votre parcours ?
J'ai envoyé mon premier roman à des éditeurs à l'âge de 18 ans et j'ai réussi enfin à publier pour la première fois à l'âge de 33 ans. C'est donc dire que mon parcours a été semé de lettres de refus et d'occasion d'apprendre... J'ai travaillé pendant six ans sur une thèse de doctorat et cela m'a empêché de réellement progresser dans le domaine littéraire pendant une longue période. J'ai enfin réussi à percer pour la première fois après la fin de ma thèse grâce à des programmes de mentorat avec des écrivains professionnels.

Quels sont vos romans disponibles en librairies ?



Lesquels avez-vous préféré écrire et pourquoi ?
Je crois que Novembre veut ma peau a été le plus difficile, donc le plus fascinant, à écrire. Je l'ai travaillé pendant environ 15 ans. Ce fut un très long processus créatif avec des hauts et des bas.



Où puisez-vous votre inspiration ?
Comme bien d'autres écrivains, je puise mon inspiration des gens autour de moi, mais également de mes propres préoccupations ou angoisses. Par contre, ma particularité est ma formation en histoire qui bien entendu influence mes sources d'inspiration.



Décrivez-nous votre façon d’écrire, votre environnement de travail, votre horaire.
J'écris la nuit, car c'est la période où je suis la plus productive et c'est extrêmement difficile pour moi depuis que j'ai des enfants. Comme j'ai un travail d'enseignante, cela complique encore plus les choses. Dernièrement, je me suis souvent enfermées dans des chalets et même dans un monastère pendant que mes enfants étaient avec d'autres membres de la famille.

Quels auteurs vous ont le plus influencé ?
C'est une auteure jeunesse de langue anglaise: Judy Blume. Ses livres ont littéralement façonné ma jeunesse. Marcel Pagnol a également.

Quels livres vous ont le plus marqué ?
Ça dépend bien entendu des périodes de ma vie. Dernièrement, j'ai été absolument bouleversée par le livre Kuessipan, à toi, de Naomi Fontaine.

Avez-vous encore le temps de lire ?
Oui. Il faut trouver le temps, car ne pas lire est aussi pénible pour moi que ne pas faire de sport. Je ressens un manque.

Quel est le livre que vous lisez en ce moment ?
Arvida, de Samuel Archibald

Selon vous, que signifie « écriture poétique » dans un roman ?
Quand le lecteur est transporté ailleurs, uniquement par le choix des mots.

Auriez-vous envie de nous décrire votre première rencontre avec votre premier éditeur ?
Je venais de recevoir un courriel m'apprenant que j'allais être publiée. Folle d'enthousiasme, je me suis élancée au Salon du livre de Québec pour serrer la main de cette éditrice. Elle a dû me trouver un peu intense, mais j'étais si contente d'avoir enfin une réponse positive.


Pour le plaisir...

Quels sont vos rituels d'écriture ?
Malheureusement, je ne travaille pas avec des plans et je commence à écrire sans connaître la fin du roman. Mes personnages me surprennent moi-même lorsqu'ils prennent des décisions qui influencent le cours du roman. J'aimerais travailler avec un plan pour cesser de me casser la tête quand vient le temps de conclure.

Qu’est-ce qui vous distrait le plus lorsque vous écrivez ?
J'écris parfois dans des cafés dans l'espoir de reconnaître des traits de caractère de mes personnages. J'observe les clients anonymes. Je note.

Avez-vous un projet de roman en cours ?
J'en ai toujours plusieurs.

Qui sont vos premiers lecteurs avant publication ?
Les membres de ma famille et deux amis qui me sont très précieux.

Une citation qui vous a marquée ?
C'était quelque chose comme... "Il ne faut pas se torturer avec l'écriture. Plusieurs personnes n'écrivent jamais et elles ne s'en portent pas plus mal."

Avez-vous reçu des remarques surprenantes de la part de lecteurs ?
Une enseignante m'a confiée qu'un jeune qui ne lisait pas s'était reconnu dans un de mes personnages.

Quel serait votre mot d’encouragement pour un nouvel auteur ?
Je suis la preuve vivante qu'il ne faut pas lâcher malgré les nombreux refus.



Merci beaucoup !



Sonia Alain - auteure



Votre site web : aucun
Blogue : http://soniaalain.com.overblog.com

Vos éditeurs :
VLB | http://www.edvlb.com/masque-gerfaut/sonia-alain
Les éditeurs réunis (LÉR) | http://www.lesediteursreunis.com/cataloguedetail/
Compte Facebook :
https://www.facebook.com/#!/sonia.alain.5
https://www.facebook.com/LeMasqueDuGerfaut?ref=hl
https://www.facebook.com/pages/Lamour-au-temps-de-la-Guerre-de-Cent-Ans
Compte Twitter :
https://twitter.com/SoniaAlain
Compte Scoop.it :
http://www.scoop.it/t/romans-historiques
http://www.scoop.it/t/la-vie-au-moyen-age
http://www.scoop.it/t/auteurs-quebecois
http://www.scoop.it/t/auteurs-quebecois-jeunesse

Où vos romans sont-ils vendus :
Dans toutes les librairies du Québec, sur le web et en France
Format papier, numérique, et PDF

Qui êtes-vous, en quelques lignes ?
Une femme bien ordinaire qui a une passion pour le Moyen Âge et la lecture /écriture
Une grande romantique qui a la chance d’avoir trouvé son âme sœur

D’où vous est venue l’envie d’écrire ?
Déjà adolescente, j’aimais écrire des histoires que je faisais lire parfois à mon entourage.
J’inventais des suites aux films que j’aimais (ex. : Star Wars)

Quel a été votre parcours ?
J’ai été éducatrice en garderie pendant plusieurs années, ensuite chargé de cours au CÉGEP en service de garde (enseignante et superviseur de stage), puis formatrice.
Désormais, j’écris beaucoup, je fais des conférences et je donne toujours des formations.

Quels sont vos romans disponibles en librairies ?


Lesquels avez-vous préféré écrire et pourquoi?
Les trois, car ils sont interalliés, puis que « L’amour au temps de la Guerre de Cent Ans » est une nouvelle aventure avec les mêmes personnages que « Le masque du gerfaut » J’adore tout ce qui touche au Moyen Âge, car c’est une époque qui me fascine. Voilà pourquoi il était tout à fait normal que j’écrive sur ce sujet.



Où puisez-vous votre inspiration ?
Dans mon imagination en grande partie.
Lorsque je fais des recherches, cela me donne aussi beaucoup d’idées.

Décrivez-nous votre façon d’écrire, votre environnement de travail, votre horaire.
Je fais mes recherches dans un premier temps, puis j’élabore un plan. J’écris un premier jet que je retravaille par la suite. J’écris dans mon bureau, et à l’extérieur lorsque la température le permet.
J’écris lorsque les enfants sont à l’école ou tard le soir lorsqu’il n’y a plus de bruit dans la maison.

Quels auteurs vous ont le plus influencé ?
Anne Golon | Marion Zimmer Bradley | Diane Lacombe | Diana Gabaldon | Jane Austen

Quels livres vous ont le plus marqué ?
La série « Angélique » | La série « Mallaig » | La série de Karen Marie Moning | La série « Twilight » | La série « Avalon »

Avez-vous encore le temps de lire ?
Toujours

Quel est le livre que vous lisez en ce moment?
Une série sur les Highlanders

Selon vous, que signifie « écriture poétique » dans un roman ?
Pas vraiment d'idée.

Auriez-vous envie de nous décrire votre première rencontre avec votre premier éditeur?
J’ai reçu un appel de l’éditeur de VLB qui m’informait que mon roman lui plaisait beaucoup et qu’il était intéressé à le publier. J’ai apporté les modifications demandées et j’ai rencontré la personne en charge des romans. Par la suite, mon roman fut publié.


Pour le plaisir...

Quels sont vos rituels d'écriture ?
J’écris toujours à la main, dans un cahier et avec un crayon mine.

Qu’est-ce qui vous distrait le plus lorsque vous écrivez ?
Le bruit, les enfants et le téléphone.

Avez-vous un projet de roman en cours ?
J’ai un manuscrit à l’étude et je travaille sur un autre projet.

Qui sont vos premiers lecteurs avant publication ?
Avant, il s’agissait de ma tante. Maintenant, ce sont trois auteures qui me lisent et me corrigent.

Une citation qui vous a marquée ?
Tout vient à point à qui sait attendre (proverbe).

Avez-vous reçu des remarques surprenantes de la part de lecteurs ?
Oui, quelques fois, et c’est toujours un plaisir!

Quel serait votre mot d’encouragement pour un nouvel auteur ?
Il faut croire en son rêve!


Isabelle Larouche - auteure

Votre site web : www.isabellelarouche.com

Vos éditeurs :
Éditions du Phoenix, Éditions du Soleil de Minuit, Éditions Hurtubise HMH, Éditions PIerre Tisseyre, Éditions ERPI, Éditions Syros (à Paris), et pour mes livres collectifs: Éditions Vents d'Ouest, Éditions Dominique et Compagnie et Éditions de Mortagne.

Compte facebook :
C'est un secret… personnel… Désolée ;-)

Twitter :
J'ai oublié mon mot de passe… Plus capable d'y accéder!!! Alors, aucun. Je ne twitte pas…

Où vos romans sont-ils vendus :
Partout, pardi !


Et bien d'autres.


Qui êtes-vous, en quelques lignes ?
Je suis une amoureuse des mots, des histoires et des gens. Je tricote des histoires à partir d'éléments de vérité. Je saupoudre le tout avec un peu de magie. Puis j'ai des ailes aux pieds. C'est pourquoi je me promène du Nord au Sud et d'Est en Ouest pour aller rencontrer les lecteurs, jeunes et moins jeunes. Et j'espère faire cela jusqu'à l'âge vénérable de 260 ans!

D’où vous est venue l’envie d’écrire ?
J'ai toujours écrit. Toujours eu des histoires à raconter. Peut-être suis-je tombée dedans quand j'étais petite…

Quel a été votre parcours ?
Enseignante, j'ai eu la chance de vivre des expériences inoubliables auprès d'enfants inuit, mohawks, au Nunavik, en Ontario et au centre de Montréal. Mes élèves se sont souvent retrouvés entre les pages de mes romans et albums. J'écrivais la nuit, les samedi, puis pendant les vacances, jusqu'au jour où j'ai décidé, il y a maintenant plus de quatre ans, de me consacrer entièrement à l'écriture.

Quels sont vos romans disponibles en librairies ?
Tous!

Lesquels avez-vous préféré écrire et pourquoi ?
Je n'ai aucun préféré. Chaque livre a sa raison, son appel, sa motivation. Chaque livre m'emporte dans un univers inespéré.

Où puisez-vous votre inspiration ?
Dans ma vie, autour de moi, chez les gens que j'aime et admire.



Décrivez-nous votre façon d’écrire, votre environnement de travail, votre horaire.
Je suis très disciplinée. J'écris selon un plan précis que j'élabore dans l'oeil d'une tempête d'idées. Une for le chantier entamé, je ne peux plus le quitter. J'écris chez-moi, sur mon sofa, sur lequel je m'envole pendant des heures, surtout le matin, quand je le peux. Puisque je fais beaucoup d'animations dans les écoles, lors de tournée d'auteur, un peu partout au Québec et au Canada.

Quels auteurs vous ont le plus influencé ?
Anne Frank, Virginia Woolf, Félix Leclerc, Gabrielle Roy, Yves Thériault...

Quels livres vous ont le plus marqué ?
Le jardin de papier, de Thomas Wharton (auteur canadien anglais)

Avez-vous encore le temps de lire ?
Plus aussi souvent que j'aimerais. Quand j'enseignais à Westmount, je voyageais en train. Et là, je lisais au moins un roman par semaine. Je trouvais aussi le temps d'écrire. Quel délice!

Quel est le livre que vous lisez en ce moment ?
Autoportrait au révolver, de Marie-Christine Bernard.

Selon vous, que signifie « écriture poétique » dans un roman ?
Une belle prose, une belle musique de mots, avec des images éloquentes.

Auriez-vous envie de nous décrire votre première rencontre avec votre premier éditeur ?
C'est écrire qui est le véritable plaisir. Être lu n'est qu'un plaisir superficiel. Virginia Woolf.


Pour le plaisir...

Quels sont vos rituels d'écriture ?
Assise sur ma chaise fétiche, au salon, les pieds en l'air, vêtue confortablement, avec une musique douce en sourdine.

Qu’est-ce qui vous distrait le plus lorsque vous écrivez ?
Facebook, les courriels et le téléphone.

Avez-vous un projet de roman en cours ?
Oui, en fait, j'ai au moins quatre projets en cours. J'y vais avec les priorités.

Qui sont vos premiers lecteurs avant publication ?
Mon amoureux, mes parents, quelques amis.

Une citation qui vous a marquée ?
...

Avez-vous reçu des remarques surprenantes de la part de lecteurs ?
Vous avez changé ma vie! (une fan de Jonquière).

Quel serait votre mot d’encouragement pour un nouvel auteur ?
Écris, écris, écris… comme s'il n'y avait plus de lendemain!


Merci beaucoup !


mercredi 28 novembre 2012

Chantal D’Avignon - auteure



Mon nom est Chantal D’Avignon
Votre site web : Aucun
Vos éditeurs : Éditions de Mortagne et Guy Saint-Jean Éditeur

Où vos romans sont-ils vendus : 
Partout ! Toutes les librairies dont Archambault, Renaud-Bray. Ibookstore, Kobo, Amazon. 

Qui êtes-vous, en quelques lignes ? 
Qui suis-je ? C’est le titre de mon premier chapitre de Love zone ! Je me sens comme mon personnage principal. Je ne sais jamais quelle réponse donner ! Tout change tellement vite dans la vie !

D’où vous est venue l’envie d’écrire ? 
J’ai toujours aimé la lecture. Ce goût de la lecture me vient de ma mère qui était une passionnée de la littérature. C’est donc après un roman particulièrement captivant que j’ai eu l’idée d’écrire. 

Quel a été votre parcours ? J’ai obtenu un diplôme de Technique en Administration ; j’ai travaillé dans plusieurs grandes institutions financières ; puis, à l’aube de mes 40 ans, j’ai voulu faire des changements dans ma vie professionnelle, dont celui de passer de la lecture à l’écriture. 

Quels sont vos romans disponibles en librairies ? 

  • Love zone (littérature jeunesse) de la collection Tabou des Éditions de Mortagne
  • La pierre perdue de Mongolie (lectorat adulte) de la collection Adrénaline à Guy Saint-Jean Éditeur.

Lesquels avez-vous préféré écrire et pourquoi ? 
Les deux ! Je n’écris que sur des sujets qui me tiennent à cœur.

Où puisez-vous votre inspiration ? 
Ma fille avait l’âge du personnage de Love zone ! Et j’ai mis tous mes intérêts personnels dans le livre La pierre perdue de Mongolie. Vous aurez deviné que j’aime les voyages, l’insolite, le cinéma et les romances.

Décrivez-nous votre façon d’écrire, votre environnement de travail, votre horaire. 
J’ai écrit La pierre perdue de Mongolie dans mon sous-sol. Mais depuis, j’écris avec un portable, sur la table de la cuisine. Quand l’inspiration est au rendez-vous, j’écris !



Quels auteurs vous ont le plus influencé ? 
Diana Gabaldon. C’est après la lecture de Le chardon et le tartan que j’ai décidé de m’y mettre. 

Quels livres vous ont le plus marqué ?  
J’en ai plusieurs. Voici la liste de livres par catégorie :
Science fiction :
Un bonheur insoutenable d’Ira Levin; La trilogie du Seigneur des Anneaux de J. R. R. Tolkien, Dune de Frank Hebert, Fondation de Isaac Asimov, Hunger Games de Suzanne Collins

Horreur :
True Blood de Charlaine Hariss, Twilight de Stephenie Meyer.

Historique :
La série du Chardon et le Tartan de Diana Gabaldon et tous les livres de Jane Austen.

Amour :
Si c’était vrai et 7 jours pour l’éternité de Marc Lévy, N’oublie jamais (Notebook) de Nickolas Spark

Action :
La trilogie de Jason Bourne de Robert Ludlum


Avez-vous encore le temps de lire ? 
Quand j’écris, je ne lis pas. L’inverse est applicable.

Quel est le livre que vous lisez en ce moment ? 
Troisième humanité de Bernard Werber

Selon vous, que signifie « écriture poétique » dans un roman ? 
Je ne sais pas.

Auriez-vous envie de nous décrire votre première rencontre avec votre premier éditeur ? 
La première rencontre a été faite par téléphone. Ça m’a pris une dizaine d’années avant que La pierre perdue de Mongolie soit publiée. Alors, qu’avec Love zone, cela a pris que quelques semaines (environ 2 mois). Quelle fut ma surprise lorsque j’ai reçu ma réponse affirmative de mon éditrice par téléphone ! Ce fut direct et précis : nous acceptons de vous publier, pourrions-nous vous rencontrer ? Ma réponse fut tout aussi brève : oui !


Pour le plaisir...

Quels sont vos rituels d'écriture ? 
Je relis le paragraphe précédent. 

Qu’est-ce qui vous distrait le plus lorsque vous écrivez ? 
La télévision, le téléphone et les autres membres de ma famille. J’aime écrire quand je suis seule.

Avez-vous un projet de roman en cours ? 
Oui, mais je ne suis pas très productive en ce moment. Comme j’écris autant que j’efface, alors je fais des pauses. 

Qui sont vos premiers lecteurs avant publication ? 
Ma mère et deux de mes sœurs… et juste avant de me lancer auprès des éditeurs, j’ai pris les services d’une réviseure. 

Une citation qui vous a marquée ? 
«En apparence, la vie n’a aucun sens, et pourtant, il est impossible qu’il n’y en ait pas un!» Albert Einstein
Une citation que j’ai mise d’ailleurs dans mon livre La pierre perdue de Mongolie! 

Avez-vous reçu des remarques surprenantes de la part de lecteurs ? 
Les jeunes sont plutôt gênés et laconiques, mais ils m’ont fait une énorme surprise en votant pour moi en 2011. Love zone a obtenu la 3e place au palmarès choix des jeunes (12-17 ans) à Communication jeunesse.  Toutes les critiques me surprennent à propos de La Pierre perdue de Mongolie. J’avoue que celle faite par Evelyn Ferron de la Bible urbaine, une historienne spécialisée en histoire ancienne, doctorante en histoire de l’Égypte gréco-romaine, enseignante au collégial sur l’histoire et la méthodologie documentaire… m’a impressionnée ! Je cite : Nous sommes dès les premières pages fixés sur les personnages principaux et transportés dès lors dans l’aventure, qui se situe dans un décor exotique, désertique et rarement dépeint dans la littérature du genre au Québec. Là réside la force de ce roman: dans sa volonté de raconter une histoire située dans une région moins connue du grand public, et de la ponctuer constamment de détails scientifiques étroitement liés aux recherches paléontologiques actuelles. Le tout est bien vulgarisé pour le grand public et par conséquent facile à suivre.

Lorsque j’ai lu ça, je me suis dit : mission accomplie! Car ce roman m’a pris autant de temps pour la recherche que pour l’écriture. (http://labibleurbaine.com/wp/?p=6329 )

Quel serait votre mot d’encouragement pour un nouvel auteur ? 
Celui d’écrire quand le besoin se fait sentir. 

Merci infiniment de votre participation. Bonne continuité !

Danielle Boulianne - auteure


Danielle Boulianne - auteure

Votre site web : www.danielleboulianne.com
Vos éditeurs : Éditions du Phoenix

Celui pour mes publications: https://www.facebook.com/pages/Bienvenue
Twitter : Je n'en ai pas.

Où vos romans sont-ils vendus : Dans toutes les bonnes librairies et dans les salons du livre.

Qui êtes-vous, en quelques lignes ? 
Une fille de 43 ans avec l'âge mental d'un enfant de neuf ans que je me plais à conserver. Une passionnée des mots et du français. Une fille qui a réalisé son rêve de toujours: d'écrire un livre. Une fois le premier achevé, j'ai décidé de continuer. Je vis donc depuis 10 ans mon rêve au quotidien et il est toujours aussi merveilleux à chaque fois.

D’où vous est venue l’envie d’écrire ? 
Dès que j'ai compris que je pouvais faire des mots avec des lettres et des phrases avec les mots, ça y était. De plus, le frère de mon grand-père était un auteur publié et je l'admirais (et l'enviais un peu, je dois bien le dire). Je me suis dit que s'il était capable, eh bien moi aussi je pouvais.


Quel a été votre parcours ? 
Mon parcours scolaire s'est articulé autour du français et de la langue: un DEC en ATM, option radio pour apprendre à communiquer et formuler ma pensée en direct, une année en littérature, pour connaître mes classiques, un BAC en linquistique pour comprendre mieux ma langue et les autres, un certficat comme rechechiste télé pour apprendre à être méthodique dans mes recherches. Pour l'écriture: J'ai écrit des tonnes de poèmes pendant l'enfance et l'adolescence. Ensuite, j'ai attaqué les romans et j'ai publié le premier en 2003 aux Éditions de la Paix. Cette série, Babalou et Petit Pou, n'est malheureusement plus disponible.

Quels sont vos romans disponibles en librairies ?  


Lesquels avez-vous préféré écrire et pourquoi ? 
Ils ont tous un petit truc particulier qui fait que je les aime, comme chacun de mes enfants d'ailleurs, qui sont au nombre de deux. C'est presque impossible de choisir. Si je dois obligatoirement en choisir un, ça serait Voyage au centre d'un vidéopoker parce que c'était avant tout une satire que j'ai retravaillé longuement pour en faire un livre ado, un des personnages principaux étant la machine vidéopoker en elle-même, ça représentait un beau défi de création pour moi, et parce que c'est un problème de société encore très tabou et dont personne ou presque n'ose parler. Pourtant, ça touche plein d'adolescents.

Où puisez-vous votre inspiration ? 
Dans ce qui m'entoure et dans ce que je connais bien et qui me passionne.

Décrivez-nous votre façon d’écrire, votre environnement de travail, votre horaire ? 
Je travaille toujours sur la base d'une idée. Par exemple, pour la série Bienvenue à Rocketville, c'était un équipement transmis de père en fils depuis des générations et qui garde les qualités et surtout les habiletés de ceux qui l'ont porté. Je crée ensuite mes personnages et je me lance presque sans filet. Je sais en gros ce qui va se passer, comment l'histoire débute et comment elle va finir, mais ce qui se trouve entre les deux est une surprise que je découvre au fil de l'écriture, suivant mes inspirations. Quand le squelette de mon histoire est trouvé, j'y ajoute la viande autour de l'os. Je travaille chez moi, dans mon bureau, à toute heure du jour. Étant travailleur autonome, je n'ai pas d'horaire précis, ce qui me facilite grandement la vie. Quand je n'ai pas le temps d'écrire, l'histoire continue de se former dans ma tête. Alors souvent, quand je m'assois pour écrire un chapitre ou deux, ça se fait tout seul parce que je connais bien mon histoire. Mentalement, elle est toute trouvée. Ne reste qu'à la retranscrire.

Quels auteurs vous ont le plus influencé ? 
Je ne sais pas vraiment. Je dirais Tolkien, Stephen King, Hitchcock, Jules Verne pour leur écriture éclatée, tout autant que leur imaginaire.

Quels livres vous ont le plus marqué ? 
Le Seigneur des anneaux, Le Silmarillon et Bilbo le hobbit, la série des Rois maudits que j'ai adorée,

Avez-vous encore le temps de lire ? 
Pas tellement, du moins beaucoup moins qu'avant.

Quel est le livre que vous lisez en ce moment ? 
Je dirais plus un auteur: Musso. J'adore son écriture!

Selon vous, que signifie « écriture poétique » dans un roman ? 
L'art de voir la vie sous un autre oeil, différemment de la façon dont on la voit au quotidien, d'embellir les choses pour créer une histoire qu'on se bien à écrire et que le lecteur aura plaisir à lire. Du bonheur en toutes lettres!

Auriez-vous envie de nous décrire votre première rencontre avec votre premier éditeur ? 
Ça a été une journée bénie des dieux ! Le troisième plus beau jour de ma vie, après la naissance de mes enfants. Il m'a mis au monde en tant qu'auteure et jamais je n'oublierai tous ces premiers moments vécus grâce à lui: premier contrat, premières épreuves, première page couverture, premier salon du livre. Et que dire de la première fois où j'ai tenu mon tout premier livre dans mes mains. J'avais de la misère à ouvrir la boîte tellement j'étais impatiente et j'ai pleuré comme un bébé quand je l'ai tenu dans mes mains. Et mon nouvel éditeur, Du Phoenix, me permet de m'améliorer jour après jour et de continuer à vivre mon rêve.

Pour le plaisir...

Quels sont vos rituels d'écriture ? 
Je n'en ai pas vraiment. Quand l'envie m'en prend ou que j'ai tellement de choses et d'idées qui bouillent dans mon cerveau que je dois absolument les coucher sur papier. C'est donc matin, midi ou soir, tout dépendant.

Qu’est-ce qui vous distrait le plus lorsque vous écrivez ? 
La peur d'oublier ce à quoi j'ai pensé quelques minutes plus tôt et... mes ados qui me dérangent souvent (pour ne pas dire tout le temps!).

Avez-vous un projet de roman en cours ? 
Oui, et pas seulement un!

Qui sont vos premiers lecteurs avant publication ? 
Mon père. Il m'interdit d'ailleurs d'envoyer un manuscrit à mon éditrice sans l'avoir préalablement lu. C'est également un grand critique qui ne se gêne pas pour me dire mes quatre vérités.

Une citation qui vous a marquée ? 
Ça nous arrive quand on y croit!

Avez-vous reçu des remarques surprenantes de la part de lecteurs ? 
Non, pas spécialement.

Quel serait votre mot d’encouragement pour un nouvel auteur ? 
Lâche pas, fonce dans le tas. Quand on veut, on peut! Ça nous arrive quand on y croit!


Merci infiniment de votre participation. Bonne continuité !


Jocelyn Jalette - auteur de bande dessinée

Votre site web : editions-soleildeminuit.com
Vos éditeurs : Soleil de minuit, Hurtubise et Vents d'Ouest

Où vos romans sont-ils vendus :
partout en librairie

Qui êtes-vous, en quelques lignes ?
Je suis un auteur de bande dessinée. Je fais mes propres scénarios et j'exécute diverses illustrations pour d'autres.

D’où vous est venue l’envie d’écrire ?
J'étais enfant unique et je lisais donc beaucoup pour m'évader. Je me racontais des histoires que j'actais comme dans un film. De fil en aiguille, j'ai voulu les coucher sur papier.

Quel a été votre parcours ?
En 2009, je suis le premier à relater en bande dessinée l’histoire des révoltes de 1837-38 : La république assassinée des Patriotes. Plus récemment, je publie un recueil de 18 textes qui se déroulent lors de fêtes importantes; Cauchemars au calendrier. Je demeure à Joliette. Je débute ma carrière de bédéiste en 1987 dans les pages de la revue Jeunes du monde. J'y crée mon personnage, David Gérald, un Québécois d'origine haïtienne. Huit livres avec mon héros sont publiés aux Éditions du Soleil de minuit depuis cette époque. Je dessine, depuis 2003, les décors des albums de Tristan Demers (Gargouille) et co-rédige avec lui un guide pédagogique sur la bande dessinée (Hurtubise). Je fus porte-parole de la quinzaine du livre de Lanaudière, édition 2009.

Quels sont vos romans disponibles en librairies ?
Lesquels avez-vous préféré écrire et pourquoi ?
La république assassinée des Patriotes. Cela relate une partie importante de l'histoire québécoise et j'y ai travaillé pendant une décennie.

Où puisez-vous votre inspiration ?
Dans l'actualité internationale.

Décrivez-nous votre façon d’écrire, votre environnement de travail,
Je débute en résumant mon histoire en quelques lignes. Ensuite, je découpe chaque page à l'intérieur d'un brouillon. Une fois les grands changements terminés, j'effectue un crayonné sur une feuille grand format. Je repasse le tout à l'encre avant de scanner le résultat pour enfin le colorier.

Votre horaire ?
Je n'en ai pas.



Quels auteurs vous ont le plus influencé ? Hergé, Franquin, Goscinny, Kirby, Lee, Ollivier et Marcello

Quels livres vous ont le plus marqué ?
Vol 714 pour Sydney de Tintin et Le Dictateur et le champignon de Spirou.

Avez-vous encore le temps de lire ?
Oui, le soir ou en autobus.

Quel est le livre que vous lisez en ce moment ?
Le dernier Blake et Mortimer "Le serment des 5 Lords"

Selon vous, que signifie « écriture poétique » dans un roman ?
Des phrases qui amènent une émotion ou une réflexion.

Auriez-vous envie de nous décrire votre première rencontre avec votre premier éditeur ?
Très simple, je me suis retrouvé pas hasard à côté d'elle lors des journées de la culture en 1998.

Pour le plaisir...

Quels sont vos rituels d'écriture ?
Je n'en ai pas.

Qu’est-ce qui vous distrait le plus lorsque vous écrivez ?
L'internet, la télévison ou la radio.

Avez-vous un projet de roman en cours ?
Oui, une bande dessinée qui s'intitulera "Victime du ciel".

Qui sont vos premiers lecteurs avant publication ?
Quelques rares amis et mon éditrice. Une citation qui vous a marquée ? Albert Einstein a dit que le monde ne serait pas détruit par les gens qui font le mal, mais par les gens de bien qui les regardent sans rien faire.

Avez-vous reçu des remarques surprenantes de la part de lecteurs ?
Non, je n'en reçois pas beaucoup.

Quel serait votre mot d’encouragement pour un nouvel auteur ?
Patience, ça finira par arriver. 

Merci infiniment de votre participation. Bonne continuité !